Placement

TANKS! – Patton versus Rommel

Juillet 1944, après l’approbation du général Montgomery, l’opération Goodwood est lancée. L’objectif est de libérer enfin la ville de Caen, objectif stratégique du jour J pour les alliés, qui se battent depuis plus d’un mois en Normandie sans parvenir à la conquérir.

Début d’après-midi, dans les alentours du village de Bourguebus, des éléments blindés de la 211e Division Panzer se préparent à recevoir l’offensive. Les canons d’assaut Stug III G sont camouflés en position d’embuscade et un Panzer V Panther est caché dans un bois afin de pouvoir profiter au mieux de l’effet de surprise.

MALIFAUX – Toujours sur la Brèche

Nous sommes en 1900 ou à peu près. Voilà une époque charmante, on l’a même surnommée la « Belle époque », c’est vous dire. La Civilisation est en marche, le progrès, l’électricité, la science ! Et puis voilà, il y a la Brèche, ce passage vers un autre monde, vers la magie des puissantes pierres d’âmes. Cela ressemble à une autre dimension, un peu comme Lovecraft pouvait les imaginer. De l’autre côté de la Brèche se trouve la petite ville de Malifaux, une sorte de Mos Esley version Far-West.

JAMAÏCA – Guerre de course

À la fin du XVIIe siècle, Sir Henry Morgan, gouverneur de la Jamaïque, organise une grande régate autour de l’île. Vous imaginez un événement mondain, les riches propriétaires locaux emmenant famille et domesticité pour assister aux manœuvres de gracieux vaisseaux ?
Grave erreur, car si Henry Morgan est bien gouverneur en titre, c’est surtout un redoutable aventurier – l’un des pires pirates – qui a réussi le tour de force de devenir puissant et respecté. Cette course va opposer des capitaines pirates, lancés sur des vaisseaux armés, ils vont aller vite mais aussi tout ravager sur leur passage.
Un tricorne sur la tête, un sabre au côté, un perroquet sur l’épaule et c’est parti !

STAR WARS ARMADA – Une armada, minimum

De passage au FLIP, nous avons testé Star Wars Armada. C’est un peu la suite logique de Star Wars X-Wing qui permettait de recréer avec des figurines les combats de chasseurs et autres petits vaisseaux de Star Wars.

LA CIGALE ET LA FOURMI

La cigale et la fourmi fait partie de la superbe collection Contes & Jeux de Purple Brain, il s’agit du tome quatre. Pour rappel, chaque boîte de jeu prend l’apparence d’un livre finement relié que l’on pose à la verticale, ainsi rangée dans une bibliothèque, ça en jette ! Bravo pour ces choix éditoriaux. Ce quatrième opus est signé Yoann Levet, l’auteur de l’excellent Myrmes. Son expertise en matière de fourmi lui a valu le droit d’être contacté par l’éditeur pour ce projet. Un bon choix d’auteur et un clin d’œil malin. Cette gamme est destinée aux enfants mais avec la volonté d’être suffisamment subtile pour plaire également aux adultes.

SMALLWORLD – Les colons se tatanent

Imaginez un monde un peu féérique, peuplé de créatures de légendes, de magiciens, de braves fermiers. Ajoutez quelques habitants plus borderline comme des morts-vivants ou des Hommes-rats. Une fois tous ces peuples rassemblés, donnez-leur généreusement des terres à conquérir pour s’installer et prospérer. Mais, pour que ce soit fun, il faut que ce territoire soit trop petit, beaucoup trop petit pour contenir les ambitions de tous ces excités !

PANDÉMIE – Tous en quarantaine !

Pandémie, ça pourrait être un titre d’épisode pour X-Files ou un docu-fiction, avec les soldats en tenue bactériologique qui déboulent à la fin pour coffrer tout le monde et planquer le tout sous secret défense. En fait non, dans Pandémie on enfile les tenues stériles dès le début de la partie ! La terre est attaquée par quatre virus mortels qui se diffusent dans la population, il faut éradiquer ces maladies avant qu’elles atteignent le point de non-retour. Votre mission, car vous l’avez acceptée, est de rassembler une équipe pour réussir à sauver l’humanité. Ouaip !

SUMMONER WARS – De invocatori bastoni

Il faut de tout pour faire un monde, des Elfes, des Nains, des Orques et des Gobelins, oui, surtout des Gobelins ! Chez nous les gens apparaissent devant chez eux en ouvrant cet étonnant portail spatial nommé porte. Dans l’univers de Summoner Wars, pour d’obscures raisons, les murs n’ont pas de portes, mais cela n’empêche pas les créatures d’apparaître aussi devant les murs !

LAS VEGAS – FLOUZE LOOSE

Las Vegas. Ses hôtels luxueux, ses lumières, ses casinos. La démesure en plein désert.
Il y en a un qui a tout compris, c’est Ace, le directeur du Tangiers : « Tout a été combiné pour que votre fric passe dans nos poches, c’est ça la vérité sur Las Vegas. » Et du fric il y en a sur la table. Ici on ne fait pas de cadeau, c’est le plus fourbe qui l’emporte, espérons que les dés ne soient pas pipés…

ROOM 25 – Piégé comme un rat !

Se retrouver prisonnier dans un complexe carcéral futuriste ce n’est déjà pas terrible, mais quand en plus il y a un jeu de télé-réalité qui chapeaute le tout, ça devient franchement glauque. C’est décidé vous vous faites la malle, vous partez à la recherche de la fameuse Room 25, celle qui offre la liberté. Ce sera avec ou contre les autres mais plus rien ne peut vous retenir. Méfiance, il paraît que des matons sont infiltrés parmi les taulards. En un mot ce n’est pas gagné !

RELIC RUNNERS – Le cri du Dendrobate

La jungle étouffante, la découverte des temples d’une civilisation disparue, en un mot l’appel de l’aventure. Votre but est de ramener à la connaissance du monde tous ces précieux témoignages du passé. Au contraire vos adversaires ne sont que de vils pilleurs de tombes, capables de tout. Alors qu’à vos eux ces témoignages du passé doivent revenir à l’humanité toute entière, tant ils sont précieux, oui précieux…

NOÉ – La montée du zoo

Lorsqu’il se rend compte d’un gros problème de plomberie terrestre, Noé, un brave vieillard qui tient un peu de Brigitte Bardot, décide de construire une gigantesque embarcation afin d’y loger deux représentants de chaque espèce animale et les sauver ainsi de la noyade.

Pour autant, il n’a pas été aisé pour pépé Noé de faire monter cette joyeuse ménagerie à bord de son arche. Il a du affronter des problèmes de logistique et de cohabitation entre ses pensionnaires à poil, plumes et écailles. Ce pov’ vieux à besoin d’aide. Pressons ! J’ai déjà les pieds dans l’eau.

7 DAYS OF WESTERPLATTE – ¡No pasarán!

L’histoire est en marche ! Pas de chance vous êtes pile en face du rouleau compresseur de l’histoire, à Westerplatte le 1er septembre 1939. Vous ne connaissez pas Westerplatte ? Il n’y a pas de honte à avoir, c’est loin. Il s’agit d’une petite presqu’île en face de Gdansk, occupée par un dépôt de l’armée polonaise. Le cuirassé allemand Schleswig-Holstein de la marine allemande était ancré à côté, en visite de courtoisie. Moyennement courtois les marins, car à l’aube du 1er septembre c’est ce cuirassé qui a tiré les premiers obus de la Seconde Guerre mondiale, du 280 mm, à bout portant. La mauvaise nouvelle c’est que vous êtes en face, avec un dépôt et deux cents gusses à gérer !

PINGOUINS – Pêche sportive

Et voilà, à force d’en parler, le réchauffement climatique est là, enfin plutôt là-bas, dans le grand nord. Nos amis les pingouins, habitent justement dans le grand nord où ils sont bien connus pour leur intelligence supérieure et leurs tenues d’un chic absolu. C’est donc très naturellement que nous autres joueurs allons pouvoir prendre la direction d’une équipe de pingouins dans ce jeu du même nom (Pingouins, pas équipe).

LE PETIT PRINCE – Apprivoisez les baobabs

Le Petit Prince, souvenez-vous, on vous a forcément raconté cette histoire quand vous étiez petit. Un aviateur tombé dans le désert, un enfant qui veut qu’on lui dessine un mouton, le renard à apprivoiser et toutes ces planètes habitées par des tarés. Et c’est poétique et c’est philosophique et les dessins ils sont jolis et forcément tout le monde aime. Ben oui, c’est quand même du conte rudement bien fait, il faut avouer et les aquarelles de Saint-Exupéry aussi. Mais en terme de jeu, ça donne quoi Le Petit Prince, qu’est-ce qu’il y a à jouer là dedans ? Un concours de dessins de moutons ? Le concours de la question la plus tordue ?

Non, non et non, il va falloir bâtir une planète pour le Petit Prince, ni plus ni moins. Comme c’est un peu dur on va commencer par la dessiner, par l’assembler et chacun va essayer d’en faire une mieusse que celle des autres.

LES TROIS PETITS COCHONS – Grouik !

Les trois petits cochons vous connaissez ? Non, pas ceux du barbecue du week-end dernier ! Ces trois petits gars qui avaient l’âme d’entrepreneurs et une grande confiance dans l’immobilier. Face à eux le loup, pas un loup banal qui passait par là, LE Loup, celui qui a déjà croqué la chèvre de M. Seguin au retour de ses vacances dans le Gévaudan, une star, d’ailleurs on ne dit plus Loup, mais GML pour le Grand Méchant Loup. Il ne souffle plus sur les maisons, il envoie les huissiers pour que la cochonnaille se remue les jambons.

NAUTILUS – Bienvenue à bord !

Sombre, silencieux, revêche, immense et impitoyable, son regard d’acier jauge les hommes comme il scrute les profondeurs, il n’est personne et représente tout à bord du Nautilus dont il est le capitaine. Nemo peut compter sur son équipage, des hommes dévoués, forts et braves, capables de mourir sans broncher s’il le commande. Comme leur capitaine ils sont des parias, des êtres sans histoire, sans nation, sans pays, des terriens qui ne vont plus à terre et restent dans l’océan, leur refuge.

Le second du capitaine ne porte pas d’insigne mais il est le premier de l’équipage, le premier en honneur et en dévouement. Deux hommes peuvent aujourd’hui occuper ce poste, lequel des deux aura le plus de qualités, est-ce vous ou est-ce l’autre ?

STAR WARS X-WING – Je suis ton jeu, Luke

>La flotte n’est pas encore au contact et déjà les croiseurs impériaux envoient des nuées de chasseurs TIE. Habitués à être en infériorité numérique les pilotes de l’Alliance rebelle déploient les ailes de leurs chasseurs, ces fameux Aile X dotés de quatre lasers, puis se lancent à l’attaque, la gorge sèche. Luke, Biggs, ils sont tous là pour des combats aussi brefs que brutaux avec les pilotes impériaux. Si certains sortent à peine de l’académie et représentent une menace limitée, d’autres peuvent s’avérer autrement plus coriaces comme Dark Curse ou Mauler Mithel, du Black Squadron, une unité menée au combat par Vador en personne !

REGATTA – Mer belle à peu agitée

Le sifflement du vent dans les mâts, le clapot rageur qui ballote les coques colorées et par-dessus tout le bruit infernal des voiles qui faseyent en attendant le coup de canon du départ. Quatre longues carènes sont lancées et bondissent de vague en vague pour se mesurer sur l’épreuve basique mais ô combien sélective de la régate entre trois bouées. Comme son nom l’indique Regatta demande aux bateaux d’évoluer tous sur le même parcours délimité par… quatre bouées. Les marins sont facétieux et l’on dit que leurs répliques, rares au demeurant, ne manquent jamais de sel.

STRIKE – Les dés du cirque

Les boules de pétanque c’est lourd et dangereux dans la salle à manger, mais il faut avouer qu’il y a un certain plaisir à les balancer sur celles des autres. Strike permet d’assouvir ses pulsions balistiques sans pour autant tout casser autour de soi.

FORBIDDEN DESERT – Dessine moi un avion

L’auteur de Forbidden Desert réutilise les grandes lignes de son précédent jeu, L’île Interdite (qui est déjà une version allégée d’un autre de ses jeux, Pandémie). Au lieu de chercher des trésors dans une île qui disparaît sous les flots il s’agit cette fois de rassembler des éléments éparpillés dans un désert où le sable submerge petit à petit les tuiles du jeu. Les éléments perdus ne sont pas des trésors mais les morceaux de l’aéronef des personnages. On pourrait dire avion mais vu l’allure « gnomique » du truc c’est pas sûr. D’ailleurs un avion écrasé qui redécolle quand on ramène les morceaux est assez rare, c’est donc indubitablement un OVG (Objet Volant Gnomique).

IT HAPPENS – Un petit ver ?

Dans Myrmes il fallait gérer sa fourmilière, dans It Happens il s’agit de détruire des termitières en incarnant Anton. Prenez un éléphant, enlevez-lui les oreilles, réduisez-le au dixième de sa taille et vous obtiendrez Anton, un fourmilier affamé. Cette bestiole au physique improbable qui passe son temps le museau dans le sol, à essayer d’attraper des insectes grâce à sa fort longue langue.

MYRMES – Insectes mais nombreux

Parfois on se demande où les concepteurs de jeux vont piocher le thème dont ils emballent leurs mécaniques. Dans Myrmes au contraire on a un jeu de gestion et un thème tout à fait adapté : la fourmilière. Il s’agit donc de gérer une fourmilière et notamment son développement extérieur. Les fourmis étant des bestioles organisées, collectivistes et rationnelles, le thème du jeu et la mécanique sont en symbiose. On ne le dira jamais assez, la gestion c’est bestial !

GINKGOPOLIS – La possibilité d’une ville

Ginkgo, dit aussi Ginkgo Biloba, c’est paraît-il le nom d’un arbre super costaud. Mais en fait le truc important dans le titre du jeu c’est Polis, la cité en grec, parce que c’est ce qu’il va falloir faire, participer au développement d’une ville, qui va grossir petit à petit sur la table !

Participer c’est bien mais dans polis il y a aussi la racine du mot politique, c’est-à-dire qu’il va falloir participer plus que les autres, ou du moins qu’à la fin de la partie cela se voit. Au besoin profiter des efforts de ses adversaires et tirer la couverture à soi.

NORTHWEST PASSAGE ADVENTURE – Ho Iceberg !

Pour aller de l’autre côté du continent américain en venant de l’Atlantique, il faut aller loin en bas et tourner à droite, alors qu’en toute logique il est plus rapide d’aller droit devant et de passer au Nord, au plus rapide. Bon, ça c’était l’idée et on y a pensé dès la découverte des Amériques, parce qu’en fait c’est en Asie qu’on voulait aller à l’origine.

Pendant près de trois cent ans des tas de marins vont tenter le coup, user leurs coques et geler leurs équipages pour passer là haut, tout au nord du Canada. Le premier a réussir fut Amundsen au début du XXe siècle. Nul doute qu’il est possible de faire aussi bien que lui, d’autant que nous on est malins, on a inventé le réchauffement climatique !

LA VENISE DU NORD – Dans de beaux draps

La Venise du Nord, mais c’est bien sûr, c’est Bruges ! Hop, le temps d’un jeu il s’agit de troquer ses frusques made in China pour les beaux atours d’un bourgeois marchand de la fin du XVe siècle. Attention à la qualité, c’est du bon cousu main, d’autant que la spécialité de votre marchand c’est le textile, le lin, la soie, la dentelle bien sûr et les pierreries qui s’arrachent dans toutes les cours d’Europe. La richesse en point de mire et la célébrité en faisant construire un pont ou deux, voire la postérité en posant pour un peintre comme Van Eyck, il se débrouille paraît-il.

THE ISLAND – Terra Inglouglouta

Au fond il avait raison Jack, il y avait bien un trésor fabuleux et côté aventure il n’avait pas menti non plus. Il y avait d’autres explorateurs sur le coup, c’est un peu inévitable quand on se lance dans ce genre d’aventures, l’or attise les convoitises. L’ami Jack a par contre été plutôt approximatif sur le retour. Rien de bien exceptionnel, on arrive en barque, on repart en barque. L’équipe est nombreuse donc on fait plusieurs voyages.

P.I. – Private Investigator

L’imper, le chapeau, le flegme et le regard de celui que plus rien n’étonne, voilà ce qui distingue le détective privé. Dans P.I. les joueurs incarnent autant d’émules de Philip Marlowe, chargés de résoudre un crime. Le jeu va se dérouler en trois petites manches, le premier à résoudre le crime remporte une manche.

TIMELINE – Top chrono

Évidemment le passé c’est le passé, on en sait fichtrement plus que ceux qui nous ont précédé. Par contre, plus le temps passe et plus il y a de choses à savoir, du coup on en oublie. Pire encore, certaines choses peuvent sembler beaucoup plus modernes qu’elles ne le sont en réalité. Les grecs antiques avaient inventé les atomes, donc des trucs infiniment petits, pas contre ils avaient loupé les microbes en cours de route, c’est ballot.

RICK LE GÉANT – Un nain porté en vaut deux

Les nains, ces charmantes créatures adeptes des bonnets colorés, sont essentiellement connues pour deux raisons. La première est leur soif de pierres précieuses et d’or, au point qu’ils passent la plupart de leur temps à creuser les montagnes. Certains vont même jusqu’à attaquer des dragons, eux aussi collectionneurs de trucs qui brillent. Pour aller quérir des pièces d’or au delà de leur ligne de vue, sans marcher pendant des années, les nains ont un allié précieux : Rick le Géant, un gars sympa, avec de très grandes jambes, qui a gentiment accepté de faire le taxi.

LES CHÂTEAUX DE BOURGOGNE – Un bon cru

Ce jeu, aussi connu sous l’abréviation Burgund (pour Die Burgen von Burgund) s’adresse aux joueurs chevronnés ou motivés pour le devenir. Nous étions quatre vieux briscards autour de la table et la première demi-heure a été assez studieuse. Les mécanismes du jeu ne sont pas compliqués, mais ils sont fort nombreux !

INDIGO – Poussez pas ma pierre

Si vous connaissez Tsuro vous ne serez pas perdu dans Indigo, créé par Reiner Knizia. Le principe est un peu le même : construire un cheminement sur le plateau de jeu en ajoutant des tuiles dans des espaces libres. Chaque tuile comporte plusieurs chemins qui permettent petit à petit de guider des pierres. Dans Tsuro chacun avait une pierre et se faisait éliminer si elle sortait du plateau. Dans Indigo c’est l’inverse, il s’agit de récupérer les pierres pour comptabiliser des points.

DIE GULLI PIRATTEN – Ketchup à babord !

Embarquement immédiat pour un fier vaisseau pirate, Die Gulli Piratten nous a été présenté par les Trolls de jeu d’Antibes, qu’ils en soient chaudement remerciés ! Bon, en fait de navire il s’agit d’une coque de noix qui écume les eaux nauséabondes des égouts à la recherche de restes de nourriture. Votre équipage étant constitué de rats, cafards et autres escargots, cela ne les rebutera pas trop.

YSPAHAN – Soukez ferme

Yspahan, c’est un peu l’invitation au voyage, sur les traces de Marco Polo, là-bas loin dans l’est. Ispahan était la capitale de l’empire perse, au cœur de l’Iran actuel. Une ville prospère, notamment grâce au puissant commerce caravanier reliant le lointain Orient au Levant.Vous aimez les animaux, vous avez la bosse du commerce : investissez dans les caravanes pour ne pas louper les meilleurs débouchés. Yspahan, le jeu qui veut vous enrichir grâce au commerce, plus et plus vite que les autres, bien sûr.

LES COLONS DE CATANE – Ma petite colonie dans la prairie

Vous êtes arrivé à Catane, une île qui promet d’être fertile, habitable et inoccupée. Le rêve pour ceux qui rêvent de s’installer et de prospérer en partant de zéro. Ceci-dit vous venez de découvrir que d’autres ont eu exactement la même idée au même moment. C’est lassant mais il va falloir ridiculiser ces arrivistes et leur faire comprendre que Catane est votre île !

CARCASSONNE – La victoire est dans le pré

Le beau Moyen Âge, la belle image des Très Riches Heures du duc de Berry, avec l’azur des cieux au-dessus du tout. En fait pas du tout, malgré la paix dans le royaume ce ne sont partout que viles luttes d’influences entre nobles, ecclésiastiques et paysans, pour ne rien dire des marauds qui rançonnent les voyageurs.

1960 : KENNEDY CONTRE NIXON – Faites campagne

Dans 1960 : Kennedy contre Nixon, armez-vous de votre plus beau costume, de votre plus belle cravate et lancez-vous dans une campagne historique dont un unique vainqueur sortira. La carte des États-Unis des années 60 s’étale devant vous et c’est à grand renfort de campagnes publicitaires, de débats, de soutiens d’enjeux tels que l’économie, les droits civiques et la défense que vous allez tenter de vous assurer un soutien net et mérité dans chacun des 50 états.