IT HAPPENS – Un petit ver ?

It HappensIt Happens
Auteur(s) : Stefan Feld
Illustrateur(s) : Michael Menzel
Éditions : Queen Games
Genre : jeu de dés
Mécanisme(s) : ,
Thème : animalier
Année : 2010
À partir de 8 ans
2-5 joueurs
Durée de partie : env. 30 min.
Indicateur de prix : env. 25 euros.

 

Profession : aspirateur

Dans Myrmes il fallait gérer sa fourmilière, dans It Happens il s’agit de détruire des termitières en incarnant Anton. Prenez un éléphant, enlevez-lui les oreilles, réduisez-le au dixième de sa taille et vous obtiendrez Anton, un fourmilier affamé. Cette bestiole au physique improbable qui passe son temps le museau dans le sol, à essayer d’attraper des insectes grâce à sa fort longue langue.

L’ami Anton n’est pas uniquement gourmand, il est aussi curieux, presque un archéologue puisque ses recherches lui permettent non seulement d’attraper des fourmis et des termites, quelques vers de terre de passage, mais aussi tout un bric-à-brac d’objets insolites. C’est bien connu, savoir chiner est une affaire de flair.

 

It happens : mécanismes de jeu

It HappensIt Happens utilise à la fois des petits plateaux et des dés. Chaque joueur va recevoir cinq dés à six faces de la même couleur. Il y a douze petits plateaux qui seront utilisés à raison de trois par manche. Ceux qui suivent en ont déjà déduit que le jeu est terminé au bout de quatre manches. En début de partie chaque joueur reçoit en outre deux jetons « lombrics ».

Chaque plateau comporte cinq cheminées de termitières sur lesquelles sont marquées une ou des cases, il y a aussi un lombric avec un chiffre, une reine des termites et un général termite avec un chiffre chacun… et un dessin d’Anton. Il faut avouer qu’Anton est facétieux, il se prend tantôt pour Spiderman, King Kong, un requin, etc.

Au début de chaque manche on révèle trois des plateaux. Au passage les tuiles correspondant à la reine et au général des termites sont disposées, ce seront des points à gagner. D’une tuile à l’autre les valeurs varient mais la reine rapporte toujours plus que le général. Les reines valent de quatre à neuf points, le général de deux à sept.

À son tour le joueur va devoir lancer un dé et le placer dans l’une des cases de l’une des termitières des trois plateaux, en respectant quelques règles simples :

– un joueur ne peut occuper qu’une colonne de termitière par plateau ;

– en plaçant le dé il faut toujours commencer par la colonne la plus à gauche et par la base des colonnes ;

– quand on a déjà occupé une colonne sur un plateau il est possible de la continuer ;

– il n’est pas possible de passer son tour.

Des vers et contre tous

Les lombrics servent en quelque sorte de joker puisqu’il est possible d’en défausser un pour passer son tour ou pour relancer son dé.
Quand on pose son dé sur la colonne d’une termitière, la case comporte parfois un dessin. S’il s’agit d’un lombric on récupère illico un ver, si c’est un objet (carte, gant, os, lunette, masque de Toutankhamon, etc.) on récupère un jeton représentant l’objet.
À chaque tour un dé par joueur, quand tous les dés sont posés ou que plus personne ne peut en poser, la manche s’arrête et l’on compte les points des dés.

En additionnant les valeurs des dés placés dans les colonnes d’un plateau, celui qui a la colonne la plus forte gagne le jeton de la reine des termites, le second aura celui du général. Par ailleurs celui qui obtient pile la valeur à côté du lombric gagnera un ver. Une fois tous les plateaux décomptés, on place trois nouveaux plateaux et une autre manche commence sur les mêmes bases.

 

Le diagnostic termites

Le compte final est simple, chacun gagne les points marqués sur les tuiles reines et généraux et un point par lombric restant. Pour les objets celui qui a le plus d’objets différents rafle dix points et ceux qui ont des doubles empochent cinq points par paire d’objets. En cas d’égalité c’est le nombre de reines ou de généraux qui départagent les joueurs.

 

Tactiques et coups foireux

It HappensCela semble tout simple et en même temps c’est assez redoutable. D’abord il faut réussir à obtenir de bons jets de dés, à savoir des six. Ensuite et surtout il faut se placer sur les colonnes. Certaines sont réduites à une case, il sera donc dur de faire un bon score sur le plateau si les autres peuvent placer deux ou trois dés. D’un autre côté récupérer un objet peut rapporter des points.

Souvent il s’agit à la fois de parvenir à optimiser ses actions, à bien gérer ses vers pour se donner des lancés en plus, mais aussi à contrôler la progression des autres de manière à les bloquer. Passer son tour peut être judicieux mais aussi risqué. Il vaut souvent mieux abandonner tout espoir sur un plateau pour mieux assurer ailleurs, au pire on essaye d’avoir la bonne valeur pour attraper le lombric.

Il est relativement facile de voir qui l’emporte sur les reines et les généraux, par contre juger de l’avancement de la collection d’objets de chacun est plus compliqué. Comme cela peut rapporter beaucoup de points il faut pourtant y faire attention.

 

Avatar de GlobulL’avis de Globul
It Happens est un jeu assez étonnant, relativement simple, facile à appréhender, doté d’un graphisme humoristique, il semble sans grande prétention. Et puis voilà le mécanisme du jeu est plutôt bien ficelé et s’adapte au niveau de ruse des joueurs. Il est possible de la jouer tactique, contre-tactique, fourbe, déstabilisateur, de bluffer ou au contraire d’étaler sa puissance… tout ça avec cinq dés et quelques lombrics, il faut avouer que c’est fort.
Le format est assez court, c’est donc un bon jeu intermédiaire. En quelques explications chacun des joueurs est à égalité, il n’y a pas de subtilités cachées. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il est simple de gagner !

 

lidaL’avis de Lidael
It Happens est un jeu de dés très malin dans lequel il faut faire preuve de ruse pour feinter ses adversaires et ramasser le plus de points. La bonne ambiance est garantie, les parties sont courtes et le matériel, bien que très simple, renforce le plaisir du jeu grâce à un petit lot d’illustrations rigolotes. Comme dirait l’ami Woobs, c’est un jeu de Stefan Feld, donc c’est une valeur sûre !

 

 


Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

Commentez en premier