SUSHI GO! – Du draft à déguster pour l’apéro

Sushi Go!Sushi Go !
Auteur(s) : Phil Harding
Illustrateur(s) : Nan Rangsima
Éditeur(s) : Cocktail Games / Gamewright
Mécanismes : ,
Thème : Nourriture
Année : 2014
À partie de 8 ans – 2 à 5 joueurs
Durée : 15 min.

 

Premier jeu testé en compagnie d’un couple d’amis lors de notre arrivée au Festival International des Jeux de Cannes 2015, nous sommes tombés sur Sushi Go! complètement par hasard. Et comme le hasard fait bien les choses, il nous a laissé à tous les quatre une très bonne impression et il est l’un de mes coups de cœur du festival.

Sushi Go!

 

Draft for dummies

Avant de plonger dans le jeu, une petite explication du terme « draft » dans le jeu de société s’impose. Comme je suis un peu fainéante et que je suis tombée sur une très bonne définition (par Mr. Phal himself ! Vous savez, le grand barbu costumé de chez Tric Trac ! ), je cite :

« Le draft consiste à avoir un certain nombre de cartes en main, d’en choisir une en la mettant de côté et de passer le paquet à son voisin de gauche (par exemple) puis de recevoir un paquet de son voisin de droite, de choisir une carte dans ce paquet et de la rajouter aux cartes déjà mises de côté, puis de passer le paquet et d’en recevoir un autre et ainsi de suite jusqu’à ce qu’une main complète pour jouer soit constituée. Cette technique est utilisée dans les tournois de Magic avec ouverture de booster, en jeu de société pur, on a un bel exemple de draft avec Notre Dame… »

 

Comme au restaurant

Mise en bouche. Avec ses cent huit cartes, réparties entre produits (sushis, makis, etc.) et bonus (wasabi, dessert, etc.), il y a pas mal de choix quant à la stratégie à mettre en œuvre pour remporter la partie. Toutes les cartes sont mélangées et on distribue de dix à sept cartes en fonction du nombre de joueurs (dix cartes à deux joueurs, sept cartes à cinq joueurs). Le reste est placé face cachée au centre de la table.

Sushi Go!

On attaque le repas. Chaque joueur choisi une carte de sa main et la place face cachée devant lui. Tout le monde révèle son choix en même temps puis passe son paquet de cartes à son voisin de gauche. Nouvelles possibilités et pas forcément les cartes que l’on aurait souhaitées…

Petit focus sur les bonus :

  • le wasabi triple la valeur du sushi posé dessus. Il peut y avoir plusieurs cartes wasabi mais on ne peut avoir qu’un seul sushi par carte bonus ;
  • les baguettes posées devant soi permettent de poser deux cartes lors d’un prochain tour. Une fois l’action effectuée, les baguettes reviennent dans la main du joueur.

Les étapes sont répétées jusqu’à ce que toutes les cartes soient posées face visible. La première manche (il y en a trois) est alors terminée et chacun procède au décompte. Une fois les scores notés, chacun défausse ses cartes à côté de la pioche face visible. Toutes, sauf les desserts qui n’interviennent qu’à la fin de la partie. Pour les deux manches suivantes, on prend la pioche et distribue de nouvelles cartes. On finit par le dessert et l’addition.

Sushi Go!

Le décompte des points se fait ainsi :

  • Sushi et Wasabi : un sushi au calamar vaut 3 points. Il en vaut 9 s’il est posé sur une carte wasabi ;
  • Maki : chacun compte ses symboles (en haut de la carte). Le joueur qui en a le plus obtient 6 points et le joueur suivant 3 points ;
  • Tempura : deux cartes valent 5 points. Vous pouvez cumuler les paires ;
  • Sashimis : trois cartes valent 10 points. Il est quasi impossible pour un joueur d’avoir plusieurs brelans dans une même manche ;
  • Raviolis : plus vous en avez mieux c’est ! Une carte rapporte 1 point, 2 rapportent 3 points, 3 rapportent 6 points, 4 rapportent 10 points, 5 (ou plus) rapportent 15 points ;
  • Desserts : le joueur ayant le plus de cartes marque 6 points, celui en ayant le moins perds 6 points.

Le vainqueur est celui qui a le plus de points à l’issue des trois manches.

Sushi Go!

 

Miam

Sushi Go! est un jeu d’ambiance très facile à prendre en main, à déguster dès l’apéro. Son petit plus : il permet d’initier un public très large aux jeux à base d’échange de cartes et dont la mécanique peut parfois sembler obscure aux joueurs débutants. Parfait avant de passer au niveau supérieur avec 7 Wonders puis Seasons ou Dominion par exemple.

Sushi Go!

 

Je mettrais une mention spéciale aux illustrations dont le côté kawaï n’est pas sans rappeler les Chibis, ces petits personnages caricaturaux que l’on retrouve dans de nombreux mangas. Craquant.

 

 


Suggestions de lecture

Marissa

Marissa a toujours aimé les jeux de société mais son entrée dans l’univers geek il y a une dizaine d’années les lui a fait redécouvrir et apprécier à un autre niveau. Adepte des jeux de culture générale plus ou moins sérieux (QPC, Burger Quizz), elle n’hésite pas à changer de registre pour passer de bonnes soirées en compagnie de Khalistos (Timeline, Romans Go Home !) et de leurs amis (Jamaïca, Carcassonne, etc). Ils pourront témoigner de sa propension à ne pas gagner même si elle ne finit plus toujours dernière depuis quelques années.

Commentez en premier