TTTT – La peinture de figurines : le matériel de base

Tutoriel peinture de figurine

Alors, comme ça, on a décidé de se mettre à la figurine ? On ne va pas se mentir, hein, je vais vous parler de figurine de jeu, pas de ces œuvres d’art qui restent sur la cheminée ou dans la vitrine, sous cloche. Non, ici, on est chez le Gobelin Rose, on parle de bonshommes qui vont être touchés, tripotés, manipulés, qui vont tomber aussi parfois… Bref, on va parler des de la vraie vie de joueur !

Cet article (et les prochains à suivre) n’a pas d’autre but que de partager avec vous mes quelques connaissances et ma petite expérience de figuriniste. Vous n’y trouverez aucun cours magistral, ni vérité absolue, seulement le résultat de mes essais, de mes échecs, de mes réussites et des quelques trucs et astuces que j’ai pu piocher à droite et à gauche.

Or donc, vous venez d’ouvrir votre boite de jeu avec figurine préférée : Zombicide ? Descent ? Les demeures de l’épouvante ? Peu importe, mais le fait est que vous avez un certain nombre de figurines qu’il va falloir préparer, parfois coller, puis peindre et sans doute vernir. Et pour ça, il va falloir du matériel, un minimum, certes, mais du matériel quand même. Et pour ne rien oublier, on va procéder par ordre chronologique de ce qu’on fait avec une figurine.

 

DÉGRAPPER

Tutoriel peinture de figurineLes figurines en plastique et parfois en résine, sont vendues sur leur grappe, c’est-à-dire encore solidaires de l’armature qui a permis de faire circuler la matière d’une pièce à l’autre. Pour pouvoir monter et peindre tout ce beau monde, il va falloir les détacher des grappes.

La première solution qui vient spontanément à l’esprit, c’est de faire ça à la méthode bourrin : forcer ou faire tourner sur elles-mêmes les pièces afin de tordre le plastique puis de l’arracher, parfois en accompagnant le geste d’un cri primal. Si cette technique peut être séduisante pour les Barbares, elle n’en est pas moins à proscrire, car elle mutile sauvagement ces pauvres figurines qui n’en demandaient pas tant… et puis, imaginez le carnage sur du 15 mm ! (Spéciale dédicace à Globul).

La technique à privilégier est l’utilisation d’une pince coupante fine et plate, afin de pouvoir s’immiscer entre la grappe et la pièce à découper. L’autre possibilité est d’utiliser un couteau de modélisme afin de détacher la pièce de sa grappe. Si vous avez les deux outils à disposition, vous alternerez naturellement entre les deux, en fonction des situations, de la fragilité des pièces, de la qualité du plastique et de l’espace entre la grappe et la pièce.

Les conseils d’achat de Tzampa

Couteau de modélisme

J’ai  testé dans un premier temps une boite de trois couteaux et une dizaine de lames, achetés pour une poignée d’euros en grande surface. Mais comme le dit le vieil adage « Achetez chinois, achetez deux fois ». À la troisième utilisation, la partie dont le rôle est de maintenir la lame, qui sur ce modèle premier prix est en plastique, a cassé rendant l’outil totalement inutilisable. Depuis, j’ai acheté un couteau de la marque X Acto. Il est certes plus cher à l’achat, mais beaucoup plus solide, puisque la partie de la version discount ayant cédé à ma force herculéenne est ici en métal et bien plus solide.

Plus radin, plus malin
Vous voulez commencer en douceur pour votre porte-monnaie ? C’est possible, mais avec quelques concessions.

Un cutter, le modèle de base que l’on trouve en grande surface peut faire office de couteau de modélisme. Pas de fioritures, un peu moins confortable à l’utilisation, moins solide, mais ça dépanne largement.

 

ÉBARBER

Tutoriel peinture de figurineL’ébarbage, c’est le fait d’ébarber (d’où le nom, ça tient la route, hein ?) une figurine avant l’étape de la . Et pour bien en comprendre l’intérêt, un peu de théorie sur comment est fabriquée une figurine.

Qu’elle soit en métal, en plastique ou en résine, une figurine (ou les « morceaux » qui la constituent) est fabriquée en remplissant ou en injectant la matière qui va la composer dans un moule. Ce moule, dans la très grande majorité des cas, est fait de deux parties. Or, les deux parties d’un moule, quelles que soient les précautions prises par le fabriquant, ne « jointent » jamais parfaitement. Un très léger espace, ou un tout petit décalage sont quasi-toujours présents. Et ce petit écart, par rapport à la perfection, se retrouve sur la figurine sous la forme de lignes de moulage. Prenez l’une de vos figurines en main et approchez-la de vos yeux… plus près encore… et maintenant, cherchez cette petite ligne qui traverse votre fier héros d’un côté à l’autre de la fig. Vous la voyez ? À peine hein ? Et bien il faut se dire qu’une fois la figurine peinte, on la verra beaucoup, beaucoup plus et suivant les couleurs et techniques que utilisées (et la personne qui va la prendre en main), on risque même de ne voir que ça !

Un seul remède : l’ébarbage ! Le but est de supprimer ces lignes de moulage disgracieuses. Pour cela, deux outils règnent en maîtres : le couteau de modélisme et les limes de précision. Avec le premier, on racle la ligne de moulage en tenant la lame perpendiculairement à la figurine et en frottant. Avec les limes… on lime !

 

Limes

Personnellement, j’ai un jeu de limes de modéliste de chez Army Painter. Mais à un ami qui voulait se mettre « sérieusement » à la figurine j’ai conseillé un set de six limes de précision acheté en grande surface de bricolage et il en est ravi.

Plus radin, plus malin
On peut éventuellement utiliser une lime à ongles. Les modèles en carton sont cependant souvent trop souples. Il est également possible d’utiliser la lime que l’on trouve sur certains couteaux suisses.

 

Tutoriel peinture de figurine

 

COLLER

Si les figurines de votre jeu sont en une seule pièce, passez directement au chapitre suivant. Sinon, lancez un dé, rangez-le dans la boite de jeu et lisez la suite.

La colle à utiliser dépend surtout de la matière dans laquelle est fabriquée la figurine.

Le plastique : il en existe deux principaux types. Celui qui se colle à la colle plastique (comme celui dans lequel sont fabriquées les maquettes) et les autres. Je ne rentrerai pas dans le détail de la composition et des propriétés physico-chimiques des différents types de plastiques, déjà parce que je n’y connais pas lourd et puis surtout parce qu’au final, on s’en tamponne tous l’oreille avec une babouche.

Le plastique qui se fixe à la colle à maquette (ou colle plastique) devra de préférence être assemblé à la colle plastique (là encore, c’est logique). Les autres plastiques seront collés à la Cyanolycrate (également connue sous le nom de « Super Glue »). Alors, là, normalement, une question vous taraude : comment savoir si ma figurine se colle à la colle plastique ou pas ? Fastoche, il suffit de faire le test ! La colle plastique a pour but de faire légèrement fondre la surface du plastique afin qu’elle se « soude » avec la partie à assembler. Pour faire le test, il faut mettre une goutte de colle plastique sur une partie non visible de la figurine (sous les pieds, ou la robe, par exemple), attendre vingt secondes (environ, hein, ce n’est pas à une vache près) et y passer le doigt, si le plastique a fondu, gardez la colle plastique, sinon, faut passer à la Cyano.

La résine et le métal : pas d’hésitation, c’est Cyano ! Cas particulier : dans le cas de pièces plus lourdes et volumineuses, j’utilise parfois de la colle epoxy bi-composant, plus contraignante (mélange, temps de séchage avant collage, odeur) mais bien plus solide.

 

Colles

Colle plastique
En magasin de bricolage, prendre par exemple la colle à maquette de marque Sader.

Cyanolycrate
Personnellement, je prends de la Cyano gel premier prix en grande surface. Il existe des activateurs de séchage (pour les collages difficiles et/ou exotiques) que je n’ai jamais essayé. Petit conseil néanmoins sur les collages un peu « chauds » : souffler comme pour faire de la buée sur une vitre sur la Cyano juste avant de mettre les deux parties en contact. Je ne vous expliquerai pas le pourquoi du comment, mais l’humidité facilite le collage.

 

Tutoriel peinture de figurine

 

 

COLMATER

Tutoriel peinture de figurineDans le cas d’une figurine en plusieurs parties, il arrive fréquemment que les surfaces de contact entre deux pièces ne correspondent pas parfaitement. Ceci est en général causé par une déformation de la pièce lorsqu’elle est extraite du moule. Soit il y a de la matière en « trop » et il suffit alors de jouer de la lime et/ou du couteau de modélisme, soit il en manque et il va falloir colmater cet espace.

Pour le colmatage, on utilise généralement de la résine verte, plus connu sous le nom anglophone de Green Stuff, ou encore Duro. Ce produit se présente sous la forme d’un bâtonnet bicolore, avec un côté jaune et l’autre bleu et quand on mélange les deux, cela donne une pâte verte, d’où le nom !

Ce produit est simple et rapide à utiliser : on découpe à l’aide de son couteau un morceau du bâtonnet, perpendiculairement à sa longueur, afin de prendre autant de jaune que de bleu. On mélange ensuite les deux parties, ce qui entraine une réaction chimique qui va rendre, en quelques heures, la résine dure et résistante, ce qui permettra de combler les trous et interstice disgracieux.

Pour l’application, il est pratique d’utiliser un outil de sculpture, mais un cure-dent peut tout à fait faire l’affaire. Conseil d’utilisation en passant : pour éviter que la résine ne colle trop au doigt ou à l’outil que vous utilisez pour l’appliquer, il suffit de les humidifier et pour la lisser parfaitement, on peut passer dessus un pinceau humide.

Mais la Green Stuff n’est pas le seul produit qui peut permettre le colmatage. Est également utilisé le Milliput, qui lui aussi se présente sous la forme de bâtonnets de couleur. Les différences avec la résine verte tiennent à la couleur (mais cela n’a aucune espèce d’importance, puisque l’on va peindre par-dessus), la texture (il est plus dur, un peu plus lisse et plus facile à poncer) et surtout dans le fait que les deux parties sont conditionnées en deux bâtonnets indépendants. C’est d’ailleurs là l’un des principaux arguments des « pros » Milliput, car contrairement à la Green Stuff, il n’y aura pas cette petite partie de résine déjà solidifiée que l’on retrouve à la jointure entre les bandes jaune et bleu.

Il est un cas un peu à part dans le colmatage, c’est celui des figurines en résine. Par leur processus de fabrication, il n’est pas rare de trouver des « trous » dans les figurines fabriquées dans cette matière. Il s’agit en fait de petites bulles d’air qui se sont retrouvées coincées entre le moule et la résine. Là aussi, il va falloir utiliser Green Stuff ou Milliput, car une fois peint, ces imperfections se verront au moins autant qu’une vilaine ligne de moulage. Games Workshop, qui a eu sa grosse période « je refais mes figurines métal en résine » ayant été confronté à ce problème, y a trouvé une solution commerciale : la Green Stuff liquide. Il s’agit en fait de résine verte additionnée d’eau, vendue dans un pot identique à celui des peintures et qui est prête à l’emploi. On en applique une petite quantité dans le trou, on lisse au pinceau humide et le tour est joué. Mais il est tout à fait possible de colmater ces « bulles » à l’aide de Milliput, qui a le bon goût de se diluer à l’eau.

Attention cependant, j’ai essayé plusieurs fois d’utiliser la Green Stuff liquide pour combler un interstice, entre un bras et un torse par exemple et le résultat n’était pas du tout concluant. En effet, cette Green Stuff liquide se rétracte au séchage et au final, les interstices n’étaient qu’en partie comblés et il a donc fallu que je réitère l’opération à la Green Stuff « classique ».

 

Green stuff

Green stuff
Évitez autant que possible d’acheter celle vendue par Games Workshop. Aucun souci de qualité, mais le rapport poids / prix est limite scandaleux ! Allez donc fouiner du côté des marques alternatives (Army Painter par exemple) ou carrément dans les boutiques de modélisme. Pour le même prix, voire moins cher, vous en aurez bien plus.

Green Stuff liquide
À ma connaissance, seul Games Workshop en commercialise, mais vu les faibles quantités utilisées à chaque fois, l’investissement durera un bon moment.

Milliput
Il en existe plusieurs déclinaisons mais je n’utilise et n’ai testé que la Silver/Grey, dont je suis tout à fait ravi.

 

Tutoriel peinture de figurine

 

SOUS-COUCHER

tuto-peinture-figurine-10Qu’elles soient en plastique, en résine ou en métal, il ne faut surtout pas peindre directement sur la figurine. La peinture accroche mal et, du fait des multiples manipulations, va s’écailler et se détacher. Pour éviter ceci, on applique une sous-couche. Il s’agit d’une peinture spéciale, qui s’accroche à la figurine et qui permettra aux couches de peinture qui seront posées dessus de ne pas se décrocher au premier contact.

Il existe principalement deux écoles : celle de la sous-couche blanche et celle de la sous-couche noire. Chacune a ses avantages et ses inconvénients. Personnellement, j’utilise l’une ou l’autre en fonction des situations.

Idéalement, on utilisera de la peinture en bombe, plus facile et pratique d’utilisation. De plus, ce conditionnement a le bon goût de permettre de ne passer qu’une fine couche de peinture et donc de ne pas gâcher les détails de la figu’. On peut également en trouver à passer au pinceau, mais c’est à la fois plus long et plus risqué pour les détails, la couche de peinture qu’on laisse au pinceau étant plus épaisse.

La sous-couche blanche permet d’avoir des peintures plus éclatantes, plus vives. Je l’utilise en priorité sur des figurines de héros par exemple, ou de personnages « propres », « civilisés ». Son inconvénient vient du fait que toute partie de la figurine qui ne sera pas recouverte par de la peinture sera de fait blanche et donc particulièrement visible. Vous avez du mal à atteindre le repli de la robe de cette aventurière ? Il va falloir se débrouiller, car votre magnifique bleu ombré sera gâché par cette tache blanche dans le creux…

La sous-couche noire permet d’avoir des couleurs un peu plus ternes, un peu plus sombres. On l’utilisera avec bonheur sur de vilains monstres des profondeurs, ou des personnages « sales », « sauvages ». Avantage sur la sous-couche blanche, ce fameux repli de robe non peint ne se verra pas ou très peu, puisqu’il sera de couleur noire.

Il peut être très intéressant d’utiliser l’une et l’autre en fonction des figurines au sein d’un même jeu. Par exemple, vous voulez peindre toutes les figurines de votre boite de Zombicide ? Et bien sous-couchez donc les héros en blanc et les zombies en noir. Les couleurs chatoyantes des humains contrasteront alors naturellement avec les couleurs ternes et sombres des mort-vivants.

En dehors du blanc et du noir, il existe des sous-couches colorées, qui permettent en une seule fois de sous-coucher et de poser la teinte dominante. Cette technique est surtout utilisée pour les figurines composant une armée, ou l’on gagne énormément de temps sur la peinture des uniformes. Attention toutefois à bien utiliser de la sous-couche et pas une simple bombe de couleur, car l’accroche et la tenue dans le temps n’ont rien à voir.

Enfin, pour les personnes qui n’ont pas peur de s’équiper, il est possible de passer des sous-couches à l’aérographe, y compris des sous-couches colorées. Mais l’investissement est bien plus important qu’un simple spray, puisqu’il faut acheter un compresseur à air et un aérographe. De plus, je trouve la sous-couche à l’aérographe moins « solide » que celle à la bombe et je préfère réaliser une sous-couche à la bombe et une couleur de base à l’aérographe.

 

Sous-couche

Sous-couche blanche
Je l’achète en magasin de bricolage, en vérifiant bien qu’il s’agit de sous-couche et que c’est bien de la peinture acrylique. J’ai encore en stock une bombe de blanc glycérophtalique, qui risque bien de ne jamais me servir à quoique ce soit.

Sous-couche noire
Je n’en ai jamais trouvé que dans les marques de matériel pour figurines. J’ai testé aussi bien la Army Painter que la Games Workshop et n’ai pas vu de différences entre ces deux marques. Du coup, je m’approvisionne en fonction des disponibilités, des tarifs et des occasions.

Sous-couche colorée
Là encore, on retrouve Games Workshop et Army Painter. On retrouve des teintes en commun, d’autres spécifiques, quant aux tarifs, ils sont finalement assez semblables.

 

Tutoriel peinture de figurine

 

VERNIR

Tutoriel peinture de figurineOui, j’ai volontairement passé l’étape de la peinture à proprement parler et c’est totalement volontaire. Il s’agit de la partie la plus longue et la plus complexe et fera donc l’objet de plusieurs tutos supplémentaires.

Comme j’ai pu l’expliquer plus haut, le but est ici de peindre de la figurine de jeu. Et afin de protéger au mieux votre travail et le temps passé, pinceau à la main, à transformer de vil morceau de plastique en sympathique figurine de jeu, je vous propose d’utiliser du vernis.

Comme pour la sous-couche, le plus pratique reste le spray. Il existe globalement trois types de vernis.

Le brillant : qui comme son nom l’indique, est brillant ! C’est sans nul doute celui qui protège le mieux. Cependant, l’effet brillant transforme une jolie figurine en jouet pour enfant.

Le satiné : moins brillant, protège un petit peu moins. La solution intermédiaire qui personnellement ne m’a jamais enchanté.

Le mat : là, rien ne brille. L’effet est tout de suite plus « sérieux » et pour ma part c’est l’effet que j’apprécie le plus et de loin.

Pour des figurines de jeu, en particulier de jeu de plateau (qui seront très souvent manipulées sans attention particulière), j’utilise une technique multi-combo-ofzedède : une fois la peinture sèche, je vernie mes figurines avec du vernis brillant. Une fois sec (je compte 24h pour être sûr), je revernis avec du vernis mat. Et le lendemain, je repasse parfois les détails qui le nécessitent au vernis brillant (au pinceau cette fois) : les yeux globuleux des monstres ou les gemmes et pierres précieuses par exemple. C’est un peu long, certes, mais avec cette technique, mes figurines, c’est du béton !

 

Vernis

Mes vernis en bombe, brillant et mat, je les achète en magasin de bricolage (Marque Guideal, gamme Nuance). Mon vernis brillant à passer au pinceau est de marque Miniature Paint, mais l’Ardcoat de Games Workshop, par exemple, fait aussi bien l’affaire.

Plus radin, plus malin
Allez jeter un œil sous l’évier de la cuisine, ou bien à l’endroit où vous entreposez vos produits ménagers, avec un peu de bol, vous tomberez sur le saint Graal : une bouteille de Klir. Ce produit vendu pour l’entretien des sols n’est en fait ni plus ni moins qu’un vernis acrylique brillant ! Et en plus, il sent bon, alors, à ce prix-là, pourquoi s’en priver ?

 

Tutoriel peinture de figurine

 

 


Suggestions de lecture

Tzampa

Les livres dont vous êtes le héros à l’école primaire, les jeux de rôle au collège, les figurines au lycée et les jeux de cartes à collectionner à la fac, sa scolarité fut surtout une suite de découvertes ludiques. Aujourd’hui passé dans la catégorie « vieux barbu », il reste néanmoins un coloriste de petits soldats et un pousseur de meeple. Désormais, il use de son expérience pour prêcher la bonne parole à cette jeunesse qui renâcle à s’enquiller un bouquin de règles de 150 pages et privilégie les figurines pré-peintes. Mais tout espoir n’est pas perdu !

7 Commentaires

  • Répondre mars 30, 2015

    Sined

    Merci pour ce tuto qui me donne de plus en plus envie de tester la peinture de figurine surtout que j’ai les figurines de zombicide et des chevaliers de la table ronde qui me semblent bien tristounes.
    Par contre, ce qui me fait un peu peur, c’est que le resultat final soit degueulasse au point que je n’ose plus sortir les boites…

    Sinon j’avais vu a quelque part qu’il était préférable de laver les figurines à l’eau savoneuse avant de passer la sous couche, car il y a un sorte de produit dessus (qui facilite le demoulage). Qu’en penses-tu ?

    En tout cas j’attends la suite du tuto avec impatience.

    • Tzampa
      Répondre mars 31, 2015

      Tzampa

      La peur du résultat est à la peinture de figurine ce que la page blanche est à l’écriture… Mais comme dirait le grand philosophe Vincent Moscato :” A m’ent donné, quand faut y’aller, faut y’aller !”. Et puis, il y a une solution pour décaper ses figurines si le résultat s’avère vraiment trop catastrophique (j’en parlerai peut-être dans un futur tuto).

      Il m’arrive parfois effectivement de laver mes figurines avant sous-couche, mais cela reste rare… Sur les figurine métal, je n’en ai jamais vu l’intérêt, je le fait très très rarement sur des figurines plastique, un peu plus souvent sur des figurines en résine. Effectivement, l’objectif de ce lavage est de débarrasser la figurine du produit lubrifiant qui a été mis au fond du moule pour en faciliter le démoulage. Je devrais peut-être systématiser ce lavage, mais quand l’envie de peindre une belle pièce (et/ou de faire avancer la peinture d’un jeu ou d’une armée) se fait fortement sentir, j’ai très souvent tendance à zapper cette phase…

      Et merci pour les encouragements :)

  • Lidael
    Répondre avril 2, 2015

    Lidael

    Surtout n’hésites pas à te lancer Sined, la peinture c’est vraiment accessible à tous. Après tu adaptes le niveau de détail et de complexité au fur et à mesure que tu progresses.
    J’ai fais la peinture ce week-end d’un orque de Descent, quand je compare avec le même orque fait il y a 5 ou 6 ans, il y a un monde entre les deux !

    Sinon moi je les lave les figurines, pas comme ce barbare de Tzampa ! ;p

  • Répondre septembre 4, 2015

    Szymfoot

    Merci pour ce tuto super intéressant…

  • Répondre juillet 27, 2016

    antoine

    merci, très bons tutos, utiles pour moi qui veut reprendre la peinture de figurines après 5 ans de pause et qui ne savait plus par ou recommencer déjà au niveau matos…

    • Lidael
      Répondre septembre 2, 2016

      Lidael

      Merci ! ça va faire plaisir à Tzampa ;-)

  • Répondre mars 31, 2017

    MagicalBanana

    :D Merci beaucoup pour ce tuto !
    Enregistré dans le marque-page de mon Chrome. :3

Laissez une réponse