DOMINION – Féodalité bien ordonnée

 

DomnionDominion
Auteur(s) : Donald X. Vaccarino
Illustrateur (s) : Matthias Catrein
Éditions : , , Hans im Glück
Genre : jeu de cartes
Mécanisme (s) :
Thème : médiéval
Année : 2008
À partir de 8 ans
2 à 4 joueurs
Durée d’une partie : environ 45 min
Indicateur de prix : 40 euros environ

 

Vente des domaines, idéal investisseur

À partir de rien, vous ambitionnez de devenir un grand, très grand seigneur, tout bonnement le plus puissant seigneur. Pour cela il va falloir créer et asseoir votre domination territoriale.
Sept petits trésors et trois domaines minables, c’est peu, mais c’est un début pour acheter des alliés (voleurs, bureaucrates, espions, ..) et construire des bâtiments (forge, bibliothèque, chapelle, …). Votre trésor va fructifier et l’achat d’autres domaines permettra de constituer des duchés, des provinces.

À la différence des ambitions des grands seigneurs, la terre est limitée, le nombre de domaines est limité et, une fois que toutes les provinces sont distribuées, la partie s’arrête.

 

Dominion : mécanismes de jeu

DominionDominion est un jeu de cartes de deck-building. Le principe est d’utiliser des cartes pour acheter d’autres cartes afin de se construire une pioche de plus en plus puissante pour finalement gagner la partie.

Chaque joueur va commencer avec un set de cartes identiques, le hasard intervenant ensuite dans l’ordre de pioche des cartes achetées qui iront dans sa défausse. Quand sa pioche est vide, un joueur mélange sa défausse pour reconstituer sa pioche. Ce mécanisme force à acheter des cartes pour les utiliser dans le futur. Ajouté au fait que le seul moyen de gagner se fait par le biais de cartes victoire qui n’ont aucune action sur le cours de jeu et donc gênent dans la main du joueur, le jeu est très simple à comprendre mais offre des possibilités tactiques très intéressantes.
Rapidement, les cartes sont divisées en cartes trésor à bord jaunes servant uniquement à acheter d’autres cartes, des cartes victoire qui permettent de gagner et des cartes action  au pouvoirs  aussi variés que de gagner des actions dans son tour, permettre d’acheter pour plus de cartes, obliger un adversaire à défausser des cartes, repiocher des cartes, etc.

 

Seigneurs  brigands  et coquins fieffés

Le tour de jeu, très court, est divisé en trois phases. Une phase action où l’on peut jouer une carte action (mais certaines cartes action permettent d’augmenter le nombre de cartes à jouer). Puis une phase achats (là encore, certaines cartes action donnent des achats supplémentaires) et enfin, une phase où l’on défausse toute sa main pour repiocher cinq nouvelles cartes. À tout moment, si l’on doit piocher et qu’il ne reste plus de cartes, on mélange la défausse pour refaire sa pioche.
Les cartes action sont au nombre vingt-cinq dans la boite de base, mais seules dix seront utilisées pendant une partie. Les combinaisons de cartes action très variées permettent de renouveler le jeu à l’infini.

Ce jeu est très simple à jouer et à comprendre (en fait, il est bien plus dur à expliquer. Après un ou deux tours, le joueurs ont compris la mécanique). La grande diversité de cartes et d’effets assure cependant un intérêt renouvelé et rend le jeu plus dur à maitriser qu’il n’en a l’air. La boite de base, plutôt imposante pour seulement 250 cartes, contient cependant un espace de rangement et de classement très pratique.

 

Tactiques et coups foireux

Une tactique très risquée mais que j’adore voir  fonctionner, c’est ce que j’appelle la “spéciale pas de cartes”. Il faut une partie dans laquelle on peut défausser rapidement des cartes (donc avoir la chapelle) et où l’on peut repiocher des cartes (laboratoire, forgeron, village ou encore marché). L’objectif est d’acheter au plus vite 2-3 pièces d’argent, une chapelle et 2-3 cartes de pioches/actions, puis de défausser ses domaines et cuivres afin d’osciller entre dix et quinze cartes afin de n’acheter que des provinces (qui rapportent le plus de points de victoire). Et là, c’est le bonheur. On a tellement peu de cartes, qu’à chaque tour, on vide son deck et on a assez d’argent pour acheter une province. Partie super rapide et c’est marrant de voir la déconfiture des adversaires qui commencent seulement à entasser leurs sous.
Lors de mes parties, j’ai vu souvent les joueurs gagner avec une tactique basée sur beaucoup d’actions et de pioches (à base de marchés, villages et forges, principalement). Ils en ont tellement dans leur jeu qu’à chaque tour, ils piochent une bonne dizaine de cartes en plus. C’est bien mais assez classique.

En résumé, Dominion est un jeu fun, rapide, aux possibilités tactiques très variées et qui se renouvelle bien.

 

L’avis de Tchoupi
Le grand atout de ce jeu est d’être très rapide (30 minutes maximum pour une partie quand on connait les règles) et d’offrir une grande rejouabilité. Même avec les dix mêmes cartes action, on a rarement deux parties qui se ressemblent. Personnellement, j’avoue avoir été conquis par ce jeu qui est en passe de remplacer 7 Wonders dans ma liste de jeux les plus joués entre amis.

 

woobsL’avis de Woobs
Dominion : La matrice
Difficile de trouver à redire sur Dominion : ce jeu à changé à jamais le sens de Deck Building, créant au passage un nouveau genre. Une mécanique limpide, vite assimilée et addictive. Les différentes cartes utilisées à chaque partie offrent en prime une rejouabilité immense… Ajoutez les extensions et on côtoie l’infini !

Non, vraiment, difficile de trouver à redire… sauf peut-être au niveau du thème… d’ailleurs, quel thème ? Dominion est en fait un jeu abstrait, qui a l’élégance de se cacher derrière de belles illustrations. Tous les joueurs de Dominion vous le dirons : “on s’en fiche”.
Après, si comme moi le thème, l’ambiance, que dis-je : l’UNIVERS vous importe, vous pouvez toujours vous tourner vers ses clones et autres dérivés. Clones, parfaitement ! Pâles copies,  parfois.
Pourtant, je préfère le souffle épique d’un Thunderstone, dans lequel il est question d’équiper une troupe d’aventurier avant de les envoyer au donjon ! Ou encore la forte interactivité d’un Nightfall avec ses hordes de vampires et de garous (ainsi que son ingénieux système de blessure) ! Ou bien le côté déjanté, voire sadique d’un Eaten by zombies !!!

Dominion est la matrice, l’origine. Un casting parfait auquel il manque juste un scénario.

 

À écouter aussi : le podcast du gobelin sur Dominion

Dominion pour smartphone

DominionL’application Dominion pour smartphone est plutôt réussie et tourne bien malgré un petit bug qui a tendance à figer l’écran de temps à autre. Il est possible de jouer dans deux modes : offline, le joueur affronte l’IA et online, connecté au réseau, le joueur affronte de « vraies » personnes.

Dans les options de configuration des parties, on peut choisir le nombre de joueurs et le deck de démarrage. Le choix se fait sur les mêmes decks pré-construits que dans le jeu de plateau, il est bien sur possible également de construire son propre deck.

Le jeu est en anglais, mais abordable néanmoins même si l’on n’est pas spécialiste de la langue de Shakespeare. Toutefois il faut quelques notions, ou bien un bon dico.

Un mode tutoriel est prévu et permet de comprendre assez simplement le principe du jeu. Quelques réglages techniques sont également possibles (vitesse des animations, etc.). Un mur des exploits est également prévu.

Télécharger l’application

L’avis de lidael
L’application Dominion  est utile pour s’entrainer en vue de « vraies » parties. Elle permet de bien connaitre les cartes et de mettre au point ses tactiques de jeu. Les parties sont par ailleurs très rapides, ce qui permet d’y jouer par exemple dans les transports en commun. L’appli tourne bien et a vite un côté addictif, mais pour affronter de “vrais” joueurs, le mode online n’est pas vraiment satisfaisant, ou alors c’est que je vis trop éloignée de la ville…

 

 


Suggestions de lecture

Tchoupi

[Rédacteur]Tchoupinette (Tchoupi pour les intimes) est une gnominette touche-à-tout mais qui aime tout particulièrement les decks building mais aussi les gros jeux immersifs.

Commentez en premier