ABRACADA… QUOI ?

Abracadabra quoiAbracada… quoi .
Auteur(s) : Gary Kim
Illustrateur(s) : Marie Cardouat
Éditions : Moonster Games
Genre :  jeu de plateau
Mécanisme(s) : ,
Thème :  magie
Année : 2015
À partir de 7 ans – de 2 à 5 joueurs
Durée de partie : 30 minutes

 

Ah Gary Kim, génial auteur d’un des meilleurs jeux de 2013, le dénommé Koryo. Rien que pour ce jeu, j’avais envie d’essayer Abracada… quoi ? ce que j’ai pu faire au festival des jeux de Cannes.

 

Abracada… quoi ?, c’est quoi ? (je sais c’est facile)

Eh bien, c’est un mélange de Koryo et d’Hanabi. Je m’explique. Le but du jeu est d’éliminer ses adversaires (jusque-là, rien de nouveau), en leur envoyant des sortilèges, car oui nous sommes des sorciers. Chaque manche s’arrête quand l’un des joueurs n’a plus de points de vie qui sont au nombre de six au démarrage ou que l’un des joueurs a lancé ses cinq sorts de la filée (très rare à mon avis). À la fin de la manche, on comptabilise le nombre de points de victoire obtenus selon le barème suivant : si on a éliminé un autre joueur (3 points), si on n’a pas été éliminé (1 point) ou si on a lancé le sort numéro 4 (1 point par tuile 4). Dès qu’un joueur atteint huit points de victoire, le tour se termine et le gagnant est celui qui en aura le plus.

Abracadabra quoi

 

Bon, et comment on les lance ces sorts ?

Un sort est représenté par un jeton numéroté posé devant soi et visible uniquement par les autres joueurs. À la manière d’Hanabi, il faut déduire ceux que l’on a grâce aux sorts que possèdent les autres joueurs. Il suffit ensuite d’annoncer un numéro. S’il est devant nous, le sort est lancé et on effectue l’action  liée au numéro du sort (gagner des points de vie, en faire perdre à son voisin, à tous les joueurs, etc.).

 

Abracadabra quoi

 

Il y a huit sorts en tout. Tant que l’on cite des sorts que l’on possède on peut continuer à jouer, mais évidemment il y a une contrainte. Il faut systématiquement citer un sort de valeur équivalente ou supérieure. Cela ajoute une bonne dose de stop ou encore dans ce jeu, puisqu’on prend le risque de perdre un point de vie si le sort annoncé n’est pas disposé devant soi. Le sort le plus puissant est le numéro 1 car il est le plus rare. Car oui, à la manière de Koryo, le numéro du sort indique le nombre de tuiles « sort » présentes dans le jeu. Il faudra donc faire preuve de déduction ce qui n’est pas évident en début de partie. J’y reviendrai. Cela signifie également qu’en citant un sort de moindre valeur on a moins de chance de l’avoir mais potentiellement plus de chance de lancer une longue série de sorts.

Niveau matos, rien à dire, les tuiles « sort » sont des rectangles en plastiques bien épais qui tiennent droit, agréable à manipuler et les illustrations de Marie Cardouat sont bien sur très réussies.

 

Abracadabra quoi

 

Original, mais un peu hasardeux

Pendant la partie de test, systématiquement, chaque manche s’est terminée au moment où la déduction commençait à devenir intéressante car en début de manche, le nombre de tuiles présentes me paraît trop important pour tenter de déduire quelque chose de plausible. Aussi, le jeu m’a t-il laissé un peu de doute et de frustration. Dans tous les cas, par son originalité, Abracada… quoi ? mérite d’être testé. Mon avis ne vaut que pour une partie jouée et certainement que l’expérience aidant, les mécanismes de déduction doivent apparaître plus tôt dans la partie et que du coup l’intérêt est plus relevé. En tant que joueur expérimenté je suis donc un peu mitigé, Abracadabra quoi conviendra toutefois à beaucoup de personnes et en particulier à un public familial.

 

Abracadabra quoi

 


Suggestions de lecture

Bib

[Rédacteur] Les belles illustrations c’est bien mais Bib aime surtout les mécaniques subtiles, malines qui vont mettre tout son cerveau en ébullition. L’envie de jouer est permanente et il a hâte que ses enfants grandissent pour qu’ils découvrent une ludothèque bien remplie mais attention pas de coopératifs ! On ne mange pas de se pain là ! Bib est un Geek, jeux vidéo depuis tout jeune, découverte de Magic The gathering en 1994 et les jeux de plateau depuis 2007, son nouveau dada !

1 Commentaire

  • Répondre avril 1, 2015

    Albert Lee

    I’m sorry for writing this in English.
    Hi. I’m Albert Lee from Korea Boardgames – publisher of this game.
    First of all thank you for your good review.

    I hope you try more to enjoy this game. It’s multi-round game. So there are some long term strategy such as survive with many secret stones, not giving other player chance to kill someone etc.
    Sometimes you should pass even though you almost know you have specific stone. So there also is a little hand management factor.

    I think this game is enjoyable for both gamers and families. It’s not pure gamers’ game but there are factors gamers can enjoy.

    I hope you can enjoy this game more.

Laissez une réponse