CASSE-TOI POV’CON – Politique et tics

Casse-toi pov'conCasse-toi pov’con
Auteur (s) : Ludovic Maublanc
Illustrateur (s) : Martin Vidberg
Éditions :
Genre : jeu de cartes
Mécanisme(s) : ,
Thème :
Année : 2011
À partir de 12 ans
De 2 à 6 joueurs
Durée d’une partie : 15 min
Indicateur de prix : environ 10 euros

 

Bienvenue à la campagne !

La campagne, non pas celle avec les bœufs et les prairies, celle des élections présidentielles. Évidemment le titre du jeu, citation des paroles d’un grand homme politique français, n’est pas tout à fait innocente, il s’agit pour vous d’incarner l’un des candidats à la présidentielle de 2012. Votre objectif : faire la meilleure campagne, engranger des voix et surtout éviter de péter un plomb en envoyant vertement bouler un opposant.

Évidemment vous ne serez pas seul en course pour l’Élysée… les autres partis ont leurs candidats et peut-être même que certains de vos vieux amis vous feront la vacherie de se présenter contre vous. En un mot un jeu de pure fiction.

 

Casse-toi pov’con : mécanismes de jeu

Deux à six joueurs incarnent chacun un candidat (au choix : Dominique, Ségolène, Martine, Daniel, Eva, Alain, Nicolas, Jean-Louis ou l’un des trois François, à savoir Hollande, Fillon et Bayrou).

Chacun d’entre-eux a parmi la population des militants, des sympathisants, des neutres, des opposants et carrément des bêtes noires. Il va s’agir d’aller à la pêche aux voix parmi la foule… en essayant d’obtenir le plein de ses voix et d’en grappiller aux autres candidats.
Par contre il faut éviter les vilains qui vous stressent et font capoter une campagne vite fait bien fait.
Concrètement il y a des cartes foule, qui sont placées sur la table. Sur chaque carte il y a une dizaine de petits personnages, tous dessinés par Martin Vidberg (qui fait aussi le blog l’Actu en Patates et est l’auteur de la BD le Journal d’un remplaçant).

Bref toutes ces cartes sont sur la table et chacun cherche à en piocher, le plus vite possible et le tout sans ordre ni tour de jeu. C’est un peu le bazar, comme un gros marché quand deux candidats essayent de faire le plus de frag en simultané – heu, de serrer le plus de mains.
Une fois la carte examinée et prise, le candidat la retourne et voit si son choix était judicieux. Derrière la carte se trouvent des chiffres de stress, des petits bonhommes qui sont les journalistes et éventuellement des étoiles.

But du jeu : obtenir le plus petit chiffre de stress, le maximum de journalistes différents et le plus d’étoiles.

Le premier qui atteint 8 en stress en accumulant ces cartes va sortir de ses gonds, lâcher un “Casse-toi pov’con” qui va faire grand bruit. On compte alors le nombre de cartes, de journalistes, d’étoiles et chacun va avancer plus ou moins sur l’échelle de popularité.
On reprend les cartes et on les replace, pour un nouveau round… celui qui atteint le premier le haut de l’échelle de popularité sera président(e).

 

Tactiques et coups foireux

Premier truc original, il s’agit d’un jeu rapide et tout le monde agit en même temps, ce qui peut constituer un facteur déstabilisant. Il s’agit pour une bonne part d’observation et de rapidité.
Par contre il faut absolument éviter les erreurs… piocher un vilain gauchot quand on est encarté à droite et c’est le “Casse-toi” prématuré.
Il faut aussi faire attention à la couleur politique des autres joueurs, si un autre candidat est du même parti que vous il va chasser les mêmes têtes dans la foule, le faux frère !
Les trucs annexes comme les journalistes ou le nombre de cartes tirées sont important, ne pas perdre de temps à chercher la carte ultime peut éviter de perdre des opportunités.

 

Ma réforme à moi, c’est la plus mieusse

Casse-toi pov’con est un jeu rapide à comprendre, rapide à mettre en œuvre (y compris dans un pré si vous voulez politiser vos vacances à la campagne) et qui peut mettre un peu d’ambiance tout en évitant de parler de politique trop sérieusement.

Les mécanismes simples permettent de jouer avec des ados et comme les parties durent 15-20 minutes il est possible de rejouer illico.
Entre adultes vous pourrez assaisonner la partie de références à l’actualité avant les élections et de répliques cinglantes une fois l’élection passée. Bon, évitez de vous fâcher avec tout le monde, ce n’est qu’un jeu.

 

Avatar de GlobulL’avis de Globul
Casse-toi pov’con est un petit jeu sympathique, qui sait aborder l’univers politique avec juste ce qu’il faut de décalage pour que cela tourne bien. Les petits personnages de Vidberg donnent une ambiance de joyeuse pagaille, un peu comme les bastons de Gaulois dans Astérix. Notons d’ailleurs au passage qu’il chatouille certains politiques puisque le maire de Saint-Apollinaire a fort peu gentiment usé de ses gentils pouvoirs pour empêcher une interview de France 3 sur le jeu à l’occasion du festival du jeu de la ville.  Ledit maire dément être intervenu. Voilà donc un jeu quelque peu polémique avec des petits Mickey dessinés partout, pas de doute c’est gnomique à souhait.

 

L’avis de Lidael
Casse-toi pov’con c’est un peu le jeu improbable. Faire un jeu là-dessus, il fallait oser et si en plus c’est illustré par Martin Vidberg,ce serait dommage de s’en passer ! Dynamique, convivial, amusant avec une petite touche à la Où est Charlie, Casse-toi pov’con c’est le jeu super tendance du moment et forcément celui auquel il faut jouer en cette année d’élection présidentielle.

 


Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

2 Commentaires

  • Nednot
    Répondre octobre 2, 2011

    Nednot

    Je ne maitrise pas assez le jeu pour donner mon avis comme la fille au couette ou le gnome, mais j’ai bien aimé ce jeu différent et très accessible y compris pour les non-fans de jeux de société.

  • Répondre janvier 28, 2012

    Guillome

    C’est bien du Martin Vidberg tout craché ! jeu rapide, fun et quel plaisir de crier : casse toi pov’con !

Laissez une réponse