BLACK FLEET – Pour la fille du gouverneur ?

Black FleetBlack Fleet
Auteur(s)
: Sebastian Bleasdale

Illustrateur(s) : Denis Zilber
Éditions :
Genre : jeu de plateau
Mécanisme (s) :  affrontement, gestion de main, opportunité
Thème :
Année : 2014
À partir de 14 ans
3 à 4 joueurs
Durée de partie : 60 min.

 

Sous une chaleur de plomb, sous un chapiteau de toile, là, posé sur une table, il y avait un beau jeu avec des bateaux sur une carte marine parsemée d’îles. Forcément j’ai foncé et essayé Black Fleet, un jeu des Space Cowboys, patiemment expliqué par Philippe Mouret.

 

Black FleetUn gobelin en pleine partie de Black Fleet au FLIP
Crédit photo : Space cowboys

 

Ça cause de pirates et d’aventure maritimes, aux environs des Caraïbes et du XVIIIe siècle. Un peu comme dans Fortunes de mer, chacun va pouvoir osciller entre commerce abusif, honnête piraterie et chasse à la flibuste. Sauf que là on fait tout à la fois !

Le but des joueurs est de sauver la fille du gouverneur, forcément ça vous rappelle quelque chose, Elizabeth Swann peut-être, ou bien Élaine Marley de Monkey Island qui était une fille et le gouverneur à la fois.

 

Black Fleet

 

Black Fleet, comment ça marche ?

Chaque joueur a devant lui une petite série de cartes retournées. Certaines sont des atouts, la dernière est la fille du gouverneur. Il va falloir payer pour retourner ces cartes, une par une, bien sûr c’est quand toutes les autres sont dévoilées que l’on pourra retourner celle de la fille du gouverneur et gagner la partie. Il s’agit donc d’une course et pour avancer il va falloir amasser des doublons.

Les joueurs ont deux navires personnels. Le premier est un bateau marchand, avec une grande cale. Il va servir à aller charger des marchandises dans un port, puis à filer les écouler dans un autre port, afin d’empocher des sous. Le second navire est un pirate. Il sert à attaquer les marchands des autres joueurs, et prendre des pièces. Ensuite le pirate va enfouir son trésor sur une île et empoche encore des sous.

À chaque tour les joueurs utilisent une carte déplacement qui donne le nombre de cases pour chacun des deux navires et aussi pour un troisième : l’une des deux frégates qui sillonnent sans fin les océans. Il s’agit de réussir à intercepter un pirate avec une frégate, pour empocher la récompense.

Et voilà… c’est tout. Chacun besogne pour marchander, pirater, capturer les pirates. Les cartes retournées donnent des bonus qui sont tous différents. Ainsi l’un des joueurs avait un navire marchand capable d’attaquer les autres marchands… ben ça surprend !

 

Black Fleet

 

Black Fleet tourne rudement bien, les navires en plastique sont chouettes (et le seront encore plus une fois qu’on les aura un peu peints), les pièces sont en vrai métal, mine de rien ça compte. Les écarts entre les joueurs étaient assez faibles au final. Pas moyen de la jouer dans son coin, les différentes interactions sont indispensables pour amasser des sous du coup ça s’attaque et se traque dans tous les coins de la carte. Le thème est forcément moins présent que dans Fortunes de mer, c’est aussi un jeu plus rapide, mais j’ai passé un fort bon moment et j’ai hâte qu’il sorte, vers septembre.

 


Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

Commentez en premier