CODINCA – Diagonale au carré

 

CodincaCodinca
Auteur(s) : Leonard Boyd, David Brashaw
Illustrateur(s) : Leonard Boyd
Éditions : Backspindle Games Ltd.
Genre : jeu de plateau
Mécanisme(s) : placement
Thème : abstrait
Année : 2012
À partir de 8 ans
2 à 4 joueurs
Durée de partie : 25 min.
Indicateur de prix : nc

 

Découvert au détour des allées d’Essen, Codinca est actuellement en recherche de distributeur. Passons vite sur le thème Inca-Amérindien, c’est la mode en 2012, Codinca est plutôt un jeu abstrait. Sur un petit plateau sont disposés seize pions rectangulaires, quatre symboles différents les distinguent et il y a quatre pions pour chaque symbole. En les retournant on découvre que le symbole est présent des deux côtés, sur fond argenté d’un côté, doré de l’autre côté.

 

 

Chacun des joueurs contrôle ses quatre pions, il va tirer quatre objectifs qu’il doit garder secrets. Il s’agit de disposer d’une certaine manière ses pions, par exemple sur la diagonale, ou aux quatre coins, avec à chaque fois une couleur de fond précise (doré ou argenté ou un mix des deux). Pour cela à son tour le joueur va déplacer un de ses pions et l’intervertir avec un de ses voisins. Valider une combinaison ne se fait qu’à son tour, il faut donc attendre si un adversaire a par hasard créé une de vos combinaisons. Cinq pions rouges accordent autant de mouvements spéciaux, comme par exemple bloquer une colonne ou faire glisser une rangée comme un tapis roulant.

Plus amusante est la carte secrète. Tirée par chaque joueur au début du jeu, elle reste secrète pour tous, y compris celui qui la possède. Quand un joueur décide de la révéler, elle est dévoilée et la disposition des pions qu’elle montre doit être appliquée, il s’agit généralement de figures géométriques à bases de fonds argentés et dorés… si les pions ne sont pas bougés ils sont néanmoins retournés, ce qui met un beau bazar !

À première vue il paraissait bien dur de réussir à faire une combinaison sans se faire illico repérer, mais en fait le jeu est rapide et surtout à quatre joueurs, les actions des uns et des autres créent des opportunités pour placer une combinaison, au besoin en utilisant un mouvement spécial. Un peu comme aux échecs il vaut mieux affronter des joueurs d’un niveau proche du sien pour pouvoir réellement y prendre plaisir.

 

No tags for this post.

Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

Commentez en premier