CROC ! – Tais-toi et nage

 

Croc !
Auteur(s) : Dave Chalker
Illustrateur (s) : Xavier Collette
Éditions : , Mayday Games
Genre : Jeu de cartes
Mécanisme (s) : affrontement
Thème :
Année : 2012
À partir de 7 ans
3 à 6 joueurs
Durée d’une partie : environ 15 min
Indicateur de prix : environ 15 euros

Il est grand, il est blanc et il a les crocs !

Vous  êtes une bande de pirates, de drôles de zigues qui naviguent sans bateau. En y regardant de plus près on s’aperçoit que lesdits pirates ont un look plus proche de celui de Nono le petit robot que de Flipper le dauphin… Ce n’est pas gagné pour la traversée du Pacifique en dos crawlé.

Mais bon, le requin est un animal curieux de nature. Alors que l’homme appréhende le monde avec les yeux, le chat avec son nez et la chauve-souris à l’ultrason, le squale évolue en société la bouche grande ouverte et la dent aiguisée. Bonjour, croc, enchanté, croc… Lequel de nos flibustiers trempés va survivre à ce lunch improvisé ?

 

Croc ! : mécanismes de jeu

Croc !, c’est toutCroc simple, dans la petite boîboîte en fer blanc il y a six bonhommes – un peu comme des Lego qui auraient grandi – et des cartes, sept par joueur. Il y a aussi un bestiau gris à belle mâchoire, l’ami requin qui vous veut du bien.

Les cartes sont numérotées de 1 à 7, avec une illustration représentant un vaillant pirate aux prises avec les flots, plus ou moins dynamique dans l’effort nautique. Évidemment, en écoutant l’explication d’une oreille distraite, on tripatouille le petit bonhomme et crac, un bras se détache. La honte, bousiller le matériel avant même que le jeu ne commence !

En fait, vous venez de mettre le doigt sur un des mécanismes essentiels du jeu. Les pirates peuvent perdre leurs membres sans pour autant s’arrêter de nager ! Dit autrement, le requin est taquin, il chipote et s’amuse à picorer bras et jambes, tout ce qui passe à sa portée en fait.

 

Là où ça devient sioux

CrocLes pirates sont disposés en file indienne et à chaque tour de jeu le requin va croquer un morceau du dernier indien. Pour éviter d’être le croqué, chacun va poser une carte sur la table, face cachée. On les dévoile en simultané et les joueurs remontent la file des nageurs et se placent devant, dans l’ordre de leurs cartes. Le 1 d’abord, puis le 2, etc.

Le truc gênant dans l’affaire c’est que les cartes d’une valeur jouée par plusieurs joueurs sont sans effet, ils restent donc sur place… Croc, croc. Le dernier de la file sera croqué, il perd un membre. Ceci dit, allégé et remotivé il en profite pour foncer en tête de file ! Mieux encore, il reprend en main toutes ses cartes. Par contre si c’était son dernier membre il est dévoré, croqué, coulé et impitoyablement éliminé du jeu !

La file des nageurs se réduit donc petit à petit, plus la partie avance et moins il y a de compétiteurs, lesquels peuvent calculer leurs chances sur le nombre de doigts qu’il leur reste. Quand il n’y a plus que deux pirates, le requin devient vraiment méchant et croque illico le second avant de retourner digérer vers les profondeurs. Il faut toujours en laisser un vivant, pour raconter l’histoire.

 

Tactiques et coups foireux

Au début cela paraît simple, il suffit de mettre un gros chiffre pour avancer le dernier et mettre un maximum de distance entre soi et le squale. Et puis un double souci jaillit : non seulement les grosses cartes jouées ne peuvent plus l’être à nouveau mais en plus le reste de l’équipage a aussi pigé l’astuce. Rien de pire que d’avoir utilisé une carte puissante pour s’apercevoir qu’un autre l’a fait aussi. Évidemment, les deux peuvent se faire de longs reproches, ils n’en font pas moins du sur-place dans l’eau, ce qui n’est jamais une bonne idée.

 

Stratégie, hasard ou bernique ?

Il faudrait observer ce que les autres ont déjà placé, en déduire les probabilités d’être seul à poser une valeur pour placer à coup sûr la carte qui va vous permettre de foncer au loin. Rain Man… lui pourrait sans doute s’en tirer aisément. Le commun des pirates d’eau douce y arrive étrangement moins bien, certains jouent sur le hasard total, voire sur la stratégie du pire : essayer d’acheter sa remontée auprès du requin, quitte à payer de sa personne.

Une chose est sûre, le vainqueur est bon nageur, par contre il lui faudra prévoir un bon budget prothèses.

En savoir plus ? : www.studiobombyx.com et une vidéo sur le Repaire des jeux.

 

Avatar de GlobulL’avis de Globul
Croc ! est un jeu simple et méchant, ce qui en soi est déjà un must. Le truc bien c’est que le perdant ne peut s’en prendre qu’à lui-même, c’est lui qui n’a pas réussi à éviter la bête. Bien sûr, les autres se réjouissent de son trépas mais ils n’en sont pas vraiment responsables. Encore que, certains prennent un malin plaisir à arracher bras et jambes.

Rapide, efficace, facile à piger et néanmoins rusé, propice aux retournements de situations désopilants, Croc ! est le jeu des pirates et des surfeurs comme Skull & Roses est celui des bikers, un must have pour un apéro ou goûter, n’oubliez pas les anchois.

 

L’avis de Lidael
J’ai beaucoup aimé jouer à Croc ! (merci Tarloc pour la découverte au passage). Le matériel de jeu est super sympa, avec ces petits bonhommes Lego-like que l’on peut personnaliser avec des autocollants, c’est rapide, rigolo mais demande tout de même deux neurones pour réfléchir et observer le jeu adverse et essayer de feinter pour ne pas se faire croquer.  Démembrer les pirates a en plus un petit quelque chose de sadique qui ne saurait laisser indifférent les requins qui sommeillent en vous.

 

 

 

 

 


Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

2 Commentaires

Laissez une réponse Cliquez ici pour annuler la réponse.

Répondre à Le Gobelin Rose » YES WE CANNES Annuler la réponse.