SKULL & ROSES – Tatoués au taquet

Skull & rosesSkull & roses
Auteur(s) : Hervé Marly
Illustrateur (s) :   Rose Kipik
Éditions : Hervé Marly
Mécanisme (s) : ,
Thème : biker
Année : 2011
À partir de 10 ans – De 3 à 6 joueurs
Durée d’une partie : environ 20 min

 

Dites-le avec des roses

Attention les yeux, on attaque la soirée avec un jeu qui sent le bitume surchauffé : Skull & Roses, un jeu de bikers pour des bikers, et ouais.

Fuyant les préjugés d’une société encroûtée devant la télévision et le tiercé, le biker aime sa moto, sa moto et aussi le moteur de sa moto. Quand son postérieur n’est pas sur la selle (de sa moto), il est à 10 centimètres du comptoir du bar, précisément là où se trouve l’inspiration créatrice de Skull & Roses, qui mêle la culture biker et son sens du dépassement (t’as pigé gars, ça clignote dans ta tête ?).

Le gang de bikers, le tatouage, la bière et la confrontation virile, le bluff, mais aussi la capacité à assumer ses erreurs cash, voilà les vraies valeurs de ce jeu. Parés ? Alors plein gaz !

 

Skull’n Roses : mécanismes de jeu

Le matériel de jeu tient dans une petite boîte carrée, facile à coller dans une sacoche de Harley. Chaque joueur reçoit un petit tapis de jeu et 4 cartes, le tout ayant un format “sous-bock” aisément reconnaissable, même pour les bikers très amoindris.

Les 4 cartes comportent d’un côté l’insigne d’un gang (Panthers, Eagles, Snakes… tout un esprit road movie). De l’autre côté trois des cartes ont des Roses, et la dernière un terrible Skull (Crâne).

Pour gagner et s’imposer à tous ces gangs de bouseux, il faut être le meilleur, réussir à soutenir le défi le plus difficile et l’emporter. Mieux encore, pour prouver sa suprématie sans partage, il faudra le faire deux fois ! Histoire d’éviter le coup de pot du blanc-bec, vous captez ?

Chaque joueur (entre 3 et 6, plus en utilisant plusieurs boîtes de jeu) va placer à son tour une carte devant lui face cachée. Une fois le premier tour passé les joueurs vont soit placer une carte, soit lancer un défi.

Le défi : se faire fort de trouver parmi les cartes posées un certain nombre de Roses, sans se faire piéger par un Skull.

Une fois un défi posé (par exemple 2 cartes) les joueurs suivants peuvent lancer un défi supérieur (3 par exemple mais cela peut être directement plus) ou se coucher.

Celui qui restera en jeu avec le défi le plus important… devra prouver qu’il avait raison. Il va devoir retourner les cartes pour trouver les Roses, en commençant par ses propres cartes, puis celles de ses adversaires, où il veut mais en respectant l’ordre dans lequel elles ont été posées.

S’il parvient à trouver autant de Roses qu’annoncé, c’est un crack reconnu, il va gagner le défi… Deux défis gagnés et il sera le vainqueur absolu et la gloire de son gang.

Par contre s’il tombe sur un os en révélant un Skull, c’est la gamelle, les bikers n’aiment pas les crâneurs. Il va perdre une de ses 4 cartes pour le reste de la partie… si c’est la dernière il se fait carrément vider de la table de jeu.

 

Tactiques et coups foireux

Les règles sont simples, il faut juste réussir à piger ce que les autres ont en tête. Les bluffeurs, les méthodiques, les imprévisibles, les fourbes, les allumés… il y a de tout sous le blouson de cuir.

Difficile de savoir si le bourrin des Bulls n’espère pas secrètement qu’on va annoncer plus que lui, parce qu’il sait que sa dernière carte est un Skull. Et le pauvre Chacal qui s’est fait plumer la moitié de ses cartes, il l’a encore le Skull ou pas ?

Parfois les tactiques fines sont réduites à néant par une grossière erreur, parfois il vaut mieux laisser un gars perdre un round plutôt que de tenter de l’emporter.

Enfin il est largement conseillé d’abonder grassement dans la parlotte, de charrier ses voisins, de mettre des enjeux (la tournée évidemment), pour déstabiliser quelques-uns.

Et surtout, surtout, savoir être beau joueur, admettre sa défaite et préparer machiavéliquement sa vengeance à la prochaine partie. Le truc du petit Kevin qui le tient d’un serveur : évitez d’utiliser les cartes comme sous-bock, on aura vite fait de repérer votre Skull à son auréole de Guinness.


Soirée Skull par yahndrev

 

Avatar de GlobulL’avis de Globul
Un jeu rapide et impitoyable, où l’on trouve vite fait plus fort que soi si l’on ne se concentre pas. Par ailleurs de sacrés coups de pot viennent parfois pimenter les parties. C’est le jeu idéal pour l’apéro, entre potes. Les parties à trois sont les plus dures, et plus il y a de monde plus le vainqueur sera celui… qui n’a pas perdu. Le petit plus du jeu, c’est son univers décalé, son style “Joe Bar Team” : allez zieuter un peu le site Internet des créateurs c’est sympa.

 

L’avis de Lidael
Skull & roses est un petit jeu d’ambiance réussi. Très facile à comprendre, il permet de jouer avec des enfants bien plus petits qu’indiqué sur la boîte (si, si, une petite fille de 7 ans peut tout à fait être à un poil de cacahuète de vous battre, j’ai testé pour vous !). Le matériel est tout simple mais un beau travail à été fait sur les illustrations. En deux mots : simple et efficace.

 

 

 


Suggestions de lecture

Globul

[Fondateur & rédacteur] Gnome donc joueur, le Globul a épuisé ses grands-parents aux petits chevaux et au Monopoly, écumé les magasins de jeux depuis des décennies, raflé la série Cry Havoc, mémorisé les Casus Belli et tartiné des règles de wargame en VO au p'tit-dèj. Les jeux d'aujourd'hui sont rudement bien, accessibles et peuvent se jouer sans travailler le scénar pendant 15 jours complets. Yup !

1 Commentaire

Laissez une réponse Cliquez ici pour annuler la réponse.

Répondre à Le Gobelin Rose » À BAS LES CUBES, MORT AUX MEEPLES Annuler la réponse.